Populations réfugiées et déplacées

Les déplacements de populations se sont accentués au fil des années et devraient continuer en raison des défis globaux du 21e siècle: explosion démographique, urbanisation grandissante, inégalités dans la répartition des richesses, prolongation des crises politiques et des conflits et dérèglements climatiques. Ces déplacements représentent également un défi central pour les acteurs humanitaires au moins de trois aspects. D’abord, veiller à ce que les réfugiés-es reçoivent la protection à laquelle ils ont droit et de s’assurer du respect du principe de non-refoulement. Ensuite, protéger les populations déplacées et réfugiées des mauvais traitements physiques, psychologiques et discriminatoires et s’assurer du droit de vivre dans la dignité. Enfin, trouver des solutions durables d’autonomisation (empowerment), tant pour les populations réfugiées que déplacées, de sorte qu’ils ne soient pas condamnés à mener une longue existence dans l’ombre. Cet axe a pour but d’exploration les problèmes complexes de la migration forcée et des réponses nationales, régionales et internationales. Cet axe couvre toutes les catégories de personnes déplacées de force (déplacé interne, réfugié, demandeur d’asile et migrant). Notre équipe souhaite contribuer au développement d’une meilleure compréhension théorique de la migration forcée et ainsi faire progresser les connaissances sur les politiques et les pratiques multidisciplinaires d’intervention auprès de ces populations. En 2019, près de 80 millions de personnes dans le monde ont été contraintes de fuir leur foyer, dont une majorité d’enfants. 

L’OCCAH est impliqué dans de nombreux travaux de recherche et d’évaluation suite à des catastrophes de grande ampleur et a développé une expertise importante sur les thèmes suivants:

  • Éducation en situation d’urgence
  • Économie dans les camps de réfugiés
  • Veille en temps réel des grands mouvements migratoires humanitaires

L’éducation est un droit fondamental, mais elle est pourtant souvent perturbée en situation d’urgence humanitaire, privant les apprenants des effets transformateurs et protecteurs d’une éducation de qualité. L’éducation en situation d’urgence traite des possibilités d’adapter les contextes d’apprentissage en fonction des spécificités liées à l’urgence humanitaire ; elle s’adresse aux individus de la petite enfance à l’âge adulte de tous les niveaux d’éducation. Elle concerne des possibilités d’apprentissage formelles et non formelles, et peut viser l’acquisition d’habiletés professionnelles, personnelles ou sociales. L’éducation en situation d’urgence est aussi un moyen de protection parce qu’elle peut : offrir une protection physique, psychosociale et cognitive ; donner aux enfants un milieu plus stable dans lequel évoluer ; fournir un accès à d’autres services essentiels et vitaux ; renforcer la cohésion sociale et soutenir la consolidation de la paix et la résolution des conflits ; favoriser l’égalité des genres et apporter aux filles, qui sont souvent marginalisées, les compétences nécessaires à leur autonomie ; renforcer le bien-être à long terme.

La crise mondiale des réfugiés à laquelle nous sommes confrontés est sans précédent. Elle se caractérise à la fois par un nombre record de personnes déplacées de force et par la nature prolongée des crises de déplacement. Aujourd’hui, plus des deux tiers des réfugiés du monde, soit 13 millions de personnes, sont dans une situation de déplacement prolongé sans réelle perspective de parvenir à une solution durable. Les camps de réfugiés, initialement conçus comme une réponse temporaire aux besoins urgents et fondamentaux des individus, ont été transformés au fil des ans en établissements permanents qui luttent pour répondre aux aspirations des personnes qui y vivent. Le développement d’opportunités économiques durables dans les camps et les communautés environnantes est un défi majeur pour la communauté internationale.

Nos recherches dans le domaine portent sur :

  • Les initiatives d’éducation dans les camps de réfugiés;
  • Les initiatives de développement économique dans les camps de réfugiés;
  • La protection de l’enfance à travers les apprentissages socioémotionnels;
  • La protection des chaines de valeurs locales;
  • L’éducation sous les groupes armés ou les proto-États totalitaires;
  • L’accès à l’éducation, la persévérance scolaire et le sentiment de sécurité des élèves;
  • Les stratégies de maintien de l’éducation dans les situations d’urgence, de conflit et de post-conflit;
  • Le développement de systèmes éducatifs plus résilients et plus réactifs face aux conflits, aux troubles sociaux, aux épidémies et aux catastrophes naturelles;
  • L’empowerment des populations réfugiées et déplacées

Responsable de l’axe populations réfugiées et déplacées

Olivier Arvisais

Projets

Avec des millions d’enfants dans le monde touchés par les guerres et les conflits passés et présents, il existe un besoin urgent et croissant de recherche pour éclairer les efforts visant à comprendre, prévenir et atténuer les dommages éventuels de cette violence pour les enfants, les familles et les communautés, pour les générations présentes et futures. Les Palestiniens gazaouis ont été témoins de trois guerres au cours des deux dernières décennies. Afin de mener des recherches susceptibles d’éclairer les interventions et les politiques visant à améliorer la vie des enfants vulnérables, il est essentiel d’axer les programmes de recherche non seulement sur la documentation des résultats chez les enfants exposés à la violence politique et aux conflits armés, mais aussi sur l’identification des voies et des processus par lesquels l’exposition conduit à des résultats particuliers au fil du temps. Malheureusement, les recherches axées sur les processus qui étudient les enfants, la violence politique et les conflits armés demeurent à ce jour très peu nombreuses. Des études récentes ont montré que l’exposition à la violence politique présente de graves dangers pour le développement cognitif des enfants. Certaines recherches suggèrent d’ailleurs une relation étroite entre les troubles dans lesquels la composante émotionnelle est la caractéristique prédominante, et le développement de certaines fonctions exécutives, en particulier le contrôle inhibiteur.

Cette étude pilote représente un jalon important dans le développement des connaissances en éducation pour les enfants vivant dans des contextes de violence politique ou de conflit armé. Elle permettra de mieux comprendre les interactions entre les facteurs de stress, le niveau de bienêtre, le niveau de résilience psychologique, le développement des fonctions exécutives et l’apprentissage chez les élèves (N=15) du primaire (9 à 10 ans) dans la bande de Gaza. Principalement, l’étude vise à mieux comprendre le rôle de l’école comme facteur de protection et de résilience pour ces enfants. Cet objectif général se décline en deux objectifs spécifiques : (1) examiner si les niveaux de stress et de bienêtre sont liés à la performance des fonctions exécutives des participants; (2) examiner si la fréquentation scolaire est liée au niveau de stress, de bienêtre et de résilience. Pour atteindre nos objectifs de recherche, nous ferons appel à une méthodologie mixte composée de six outils de collecte de données. La sélection de ces outils a été réalisée à la lumière de plusieurs critères, notamment le temps d’administration, les référents culturels et la langue.

Cette approche est centrée sur le rôle des agences d’aide dans le soutien et la contribution à la production et à la transmission locales de chaines de valeur et de biens et services de base. Notre projet se place dans la mouvance de repenser la culture organisationnelle vers l’expérientiel (en opposition à la vision traditionnelle normative qui semble s’essouffler), collaborative (multi-agences et multidisciplinaire). Grâce à des outils de modélisation et en valorisant les approches en recherche opérationnelle (RO), notre objectif de travail est de comprendre les paramètres qui influent sur les mouvements migratoires et de déterminer si et comment les chaines de valeurs peuvent être un moyen de valoriser les mécanismes de négociations communautaires (community-based negociation) pour anticiper les options des mouvements migratoires, et éventuellement, les solutions proposées par la communauté humanitaire et ainsi chercher des solutions pour mieux aider les réfugiés-ées à ne pas devenir dépendants-es à une aide extérieure.  

In the current global refugee crisis, significant funding is going into educational technology to support refugee education in refugee camps (Menashy and Zakharia, 2017). In these settings, there is limited empirical and qualitative research available about the social and cultural conditions of how technology – ranging from radio to social media as examples – is being used to mediate, facilitate, or support teaching and learning. In a landscape where quantifiable measures and scale are the prevailing method of interest for large humanitarian aid and development funders, there is a need for nuanced, ethnographic research to understand the human experience of education and technology in refugee camps, and distinctly for and among women. The research questions guiding this study ask refugee women and men in camps to identify, describe, analyze, and communicate about the role of technology to support teaching and learning in their lived experiences and daily lives.

Our research questions are:

  • What types of technology are most prevalent in the camp, across women and men, and why?
  • What conditions – social, cultural, economic, geopolitical, educational – create meaningful and successful learning experiences with or about these tools?
  • What pedagogical practices are adopted for, or emergent from, teaching with or about these tools in refugee camps, for women and men?

Ce projet souhaite a) documenter les pratiques d’enseignant.e.s auprès d’élèves réfugiés en contexte libanais par l’intermédiaire de récits de pratique, b) identifier, partant des récits de pratique recueillis, les enjeux spécifiques à l’enseignement dans un tel contexte, c) bonifier des programmes de formation adaptés aux besoins des enseignant.e.s dans les situations de crise humanitaire, de conflit armé ou de post-conflit, d) constituer, avec ces récits de pratique, un matériau de formation initiale et continue des enseignant.e.s en contexte québécois.

Équipe

Walter Rei

Marie-Pierre Leroux

Valériane Thool

François Audet

Marc-André Anzueto

Faten Kikano

Partenaires