Populations réfugiées et déplacées

Les déplacements de populations se sont accentués au fil des années et devraient continuer en raison des défis globaux du 21e siècle: explosion démographique, urbanisation grandissante, inégalités dans la répartition des richesses,  prolongation des crises politiques et des conflits et dérèglements climatiques.

Ces déplacements représentent également un défi central pour les acteurs humanitaires au moins de trois aspects. D’abord, veiller à ce que les réfugiés-es reçoivent la protection à laquelle ils ont droit et de s’assurer du respect du principe de non refoulement. Ensuite, protéger les populations déplacées et réfugiées des mauvais traitements physiques, psychologiques et discriminatoires et s’assurer du droit de vivre dans la dignité. Enfin, trouver des solutions durables d’autonomisation (empowerment), tant pour les populations réfugiées que déplacées, de sorte qu’ils ne soient pas condamnés à mener une longue existence dans l’ombre.

L’OCCAH est impliqué dans de nombreux travaux de recherche et d’évaluation suite à des catastrophes de grande ampleur et a développé une expertise importante sur les thèmes suivants:

  • Education en situation d’urgence
  • Economie dans les camps de réfugiés
  • Veille en temps réel des grands mouvements migratoires humanitaires

 

L’éducation est un droit fondamental, mais elle est pourtant souvent perturbée en situation d’urgence humanitaire, privant les apprenants des effets transformateurs et protecteurs d’une éducation de qualité. L’éducation en situation d’urgence traite des possibilités d’adapter les contextes d’apprentissage en fonction des spécificités liées à l’urgence humanitaire ; elle s’adresse aux individus de la petite enfance à l’âge adulte de tous les niveaux d’éducation. Elle concerne des possibilités d’apprentissage formelles et non formelles, et peut viser l’acquisition d’habiletés professionnelles, personnelles ou sociales. L’éducation en situation d’urgence est aussi un moyen de protection parce qu’elle peut : offrir une protection physique, psychosociale et cognitive ; donner aux enfants un milieu plus stable dans lequel évoluer ; fournir un accès à d’autres services essentiels et vitaux ; renforcer la cohésion sociale et soutenir la consolidation de la paix et la résolution des conflits ; favoriser l’égalité des genres et apporter aux filles, qui sont souvent marginalisées, les compétences nécessaires à leur autonomie ; renforcer le bien-être à long terme.

La crise mondiale des réfugiés à laquelle nous sommes confrontés est sans précédent. Elle se caractérise à la fois par un nombre record de personnes déplacées de force et par la nature prolongée des crises de déplacement. Aujourd’hui, plus des deux tiers des réfugiés du monde, soit 13 millions de personnes, sont dans une situation de déplacement prolongé sans réelle perspective de parvenir à une solution durable. Les camps de réfugiés, initialement conçus comme une réponse temporaire aux besoins urgents et fondamentaux des individus, ont été transformés au fil des ans en établissements permanents qui luttent pour répondre aux aspirations des personnes qui y vivent. Le développement d’opportunités économiques durables dans les camps et les communautés environnantes est un défi majeur pour la communauté internationale.

 

Nos recherches dans le domaine portent sur :

  • Les initiatives d’éducation dans les camps de réfugiés ;
  • Les initiatives de développement économique dans les camps de réfugiés
  • La protection de l’enfance à travers les apprentissages socioémotionnels ;
  • La protection des chaines de valeurs locales;
  • L’éducation sous les groupes armés ou les proto-États totalitaires ;
  • L’accès à l’éducation, la persévérance scolaire et le sentiment de sécurité des élèves ;
  • Les stratégies de maintien de l’éducation dans les situations d’urgence, de conflit et de post-conflit ;
  • Le développement de systèmes éducatifs plus résilients et plus réactifs face aux conflits, aux troubles sociaux, aux épidémies et aux catastrophes naturelles;
  • L’empowerment des populations réfugiées et déplacées

Responsable de l’axe populations réfugiées et déplacées

Olivier Arvisais

Olivier Arvisais

Directeur scientifique de l'OCCAH

 

 

Projets

I am text block. Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

 

Publications

The global refugee crisis we are facing is unprecedented. It is characterized by both a record number of forcibly displaced people and the protracted nature of displacement crises. Today, more than two thirds of the world’s refugees, representing 13 million people, are in a situation of protracted displacement without any real prospect of reaching a durable solution. Refugee camps, initially conceived as a temporary response to the urgent and fundamental needs of individuals, have over the years been transformed into permanent settlements that are struggling meet the aspirations of the people living there. The development of sustainable economic opportunities in the camps and surrounding communities is a major challenge for the international community. The Canadian Research Institute on humanitarian crisis and aid (OCCAH) encourages the adoption of a value chain approach to provide vulnerable populations with opportunities for the creation of decent, sustainable employment that can add value to the local markets, at least.

Publications

Partenaires